Dans le cadre de l’enquête Emploi 2017, l’Insee a réalisé une étude sur les formes de travail indépendant auprès de 3 679 répondants. Elle révèle que sur 3,1 millions d’indépendants, un sur cinq est économiquement dépendant d’une relation avec un client, une organisation en amont ou un intermédiaire.

De la relation dominante à la dépendance économique

Selon la définition du Bureau International du Travail, les indépendants désignent les personnes en emploi se déclarant « à leur compte » ou « salarié chef d’entreprise, gérant mandataire, PDG » dans le cadre de leur emploi principal. En 2017, les indépendants représentent 11,5 % des personnes en emploi en France, contre 14,5 % dans l’Union européenne. L’étude Insee s’intéresse à la nature de leur relation avec d’autres entités économiques :

  • leurs clients,
  • les entité amont (groupement, centrale d’achat ou coopérative, franchise, licence de marque, location-gérance, etc.),
  • leur intermédiaire pour accéder aux clients.

L’étude révèle que 30 % des indépendants exercent leur activité en étant soumis à une relation dominante. Ils sont 20 % à être dépendants à cette relation. Sont désignés comme économiquement dépendant, les indépendants qui :

  • ont recours à un intermédiaire comme unique mode d’accès à leur clientèle
  • ne sont pas dépendants d’un intermédiaire, mais ont une relation amont représentant au moins 75 % de leurs revenus et anticipent des difficultés importantes en cas de perte de cette relation
  • ne sont dépendants ni d’un intermédiaire ni d’une relation amont, mais dont le client principal représente au moins 75 % de leur revenu et anticipent des difficultés importantes en cas de perte de ce client.

La dépendance économique à un client est la forme la plus courante de dépendance. Elle concerne 10 % des indépendants, suivie de la dépendance à une relation amont (7  %) et à un intermédiaire (4  %).

La dépendance économique s’accompagne d’une dépendance organisationnelle

Les indépendants économiquement dépendants sont nettement plus autonomes que les salariés, mais un peu moins que les autres indépendants.

  • pour 19 % des dépendants d’un client, les horaires sont déterminés par le client, contre 9 % pour l’ensemble des indépendants.
  • ceux dépendants d’une relation amont font face à des obligations sur les prix imposés par leur relation amont (27 % le citent comme principale difficulté de l’année écoulée, contre 8 % pour l’ensemble des indépendants)
  • 7% des dépendants d’un intermédiaire citent comme principale difficulté le manque de revenu en cas de maladie (contre 4 % pour les indépendants en général) et 18 % des périodes de difficultés financières (contre 9 %).

Les caractéristiques de cette population

Le type de clients

Les indépendants économiquement dépendants ont comme clients davantage d’entreprises (48 % contre 32 % pour l’ensemble des indépendants) et d’administrations (11 % contre 6 %) que des particuliers (41 % contre 61 %).

Le statut

Les indépendants dépendant d’un client ou d’un intermédiaire ont plus souvent le statut de micro-entrepreneur (respectivement 28 % et 36 %, contre 23 % pour l’ensemble des indépendants) et sont moins souvent employeurs.

Les relations de dépendance amont concernent des indépendants plus souvent employeurs (40 % contre 35 % pour l’ensemble des indépendants), plus souvent en société (52 % contre 42 %), ont plus souvent des associés (40 % contre 25 %) et travaillent plus souvent en réseau (38 % contre 27 %).

Le secteur d’activité

  • Relativement rare dans le commerce, la construction, les services aux ménages, l’administration, l’enseignement et la santé, la dépendance économique est en revanche plus fréquente dans l’agriculture où elle concerne 41 % des indépendants.
  • Comme pour le commerce, les indépendants du secteur agricole connaissent principalement la dépendance à une relation amont.
  • Le recours exclusif à un intermédiaire pour accéder aux clients est plus répandu dans les transports, l’immobilier et l’information-communication.
  • La dépendance à un client est quant à elle plus fréquente dans l’information-communication, les transports et les services aux entreprises.

Les résultats de l’étude Insee sont disponibles ici.