En Afrique, les groupes Orange et MTN ont lancé une entreprise commune qui permet d’effectuer des transferts de fonds entre comptes de « mobile money » de différents opérateurs. Cette alliance permet de surmonter un défi qui a longtemps contenu le développement des services financiers mobiles sur le continent, nécessaire pour l’inclusion financière des populations à bas revenu et les avancées socio-économiques locales.

Image1

Mowali : une solution au challenge d’interopérabilité des comptes de “mobile money” en Afrique. 

En novembre 2018, Orange et MTN, les leaders de la télécommunication en Afrique, ont lancé l’entreprise commune Mowali, qui permet l’interopérabilité totale des paiements sur l’ensemble du continent entre différentes plateformes de « mobile money ». Ainsi, les utilisateurs pourront dorénavant envoyer et recevoir de l’argent en temps réel et à moindre coût à tout propriétaire d’un compte « mobile money » au niveau international, quel que soit leur opérateur mobile.

Mowali opère comme une société de services qui offre une plateforme connectant tout fournisseur de « mobile money » (banques, opérateurs de transfert d’argent, et autres fournisseurs de services financiers) et clients au sein d’un réseau unique[1]. L’action bénéficiera en premier lieu aux 100 millions de clients qui ont des comptes « mobile money » chez Orange et MTN à travers 22 pays, pour ensuite étendre sa portée aux 338 millions de clients de « mobile money » sur le continent africain[2].

Mowali a pour objectif principal d’accroître l’usage de services de « mobile money », auprès des utilisateurs et des commerçants. Il représente de plus la volonté d’Orange et de MTN de se présenter comme des vecteurs clés de la transformation digitale et de l’inclusion financière en Afrique et comme leaders de la collaboration entre acteurs du secteur[3].

Mowali-MTN-Orange-Mobile-Money-e1542966959610

Le “mobile money”, un puissant levier d’inclusion financière en Afrique. 

Ce lancement constitue un pas significatif envers l’établissement du « mobile money » comme moyen de paiement universel en Afrique, accélérant la transformation et la démocratisation de la Fintech et renforçant les perspectives optimistes sur le développement du secteur.

Le « mobile money » favorise l’inclusion financière des populations à bas revenu en offrant des services de transfert d’argent à coût réduit, simples, et avantageux, ainsi que par un fonctionnement basé sur les technologiques numériques qui ont connu un essor considérable au cours des dernières années.

Les services financiers mobiles sont essentiels pour le développement économique de l’Afrique. Ils permettent de faire face à des défis de la société tels que l’isolation de certaines communautés, la complexité croissante du secteur financier, et le difficile développement de services appropriés à la base de la pyramide. Le « mobile money » permet d’atteindre les communautés les plus isolées en les incluant dans les services financiers et facilitant leur accès au capital. Offrant aussi l’accès à des opportunités en matière d’énergie, de santé, d’éducation et d’emploi, le « mobile money » a changé définitivement la vie de ses consommateurs en Afrique. Il contribue ainsi à l’élimination de la pauvreté et au développement socio-économique, inscrits comme objectifs clés des objectifs de développement durables des Nations Unies.

La Fintech inclusive se développe malgré des défis importants.

Le secteur de la Fintech a récemment reçu une attention abondante en Afrique. Alors que d’innombrables start-ups émergent à travers le continent (AfriMarket, SimplePay, Bouquet Pass Santé, Snapscan, Beam, Bitpesa, etc.), de grands groupes y ont également développé des services financiers innovants et les investissements y coulent à flots. En effet, sur les 270 offres de « mobile banking » commercialisées dans le monde, 50% concernent le marché africain avec 84 millions de comptes actifs en Afrique, selon l’association mondiale des opérateurs de téléphonie mobile[4].

Si les données semblent séduisantes, les promesses de l’innovation bancaire via les téléphones mobiles ont connu de nombreuses déceptions liées à des défis sous-estimés. Mowali vise à surmonter le manque d’interopérabilité entre comptes de différents opérateurs sur le long-terme. Néanmoins, une compréhension profonde des besoins et des mécanismes de prise de décision relatifs aux services financiers chez les populations à bas revenus est nécessaire pour pouvoir réellement inclure ceux qui en bénéficieraient le plus.